La dépendance affective

Derrière le terme à la mode de « dépendance affective », se cache un trouble qui toucherait 2% de la population française. Il ne s’agit ni d’une structure de personnalité, ni d’un trait de caractère selon les théories en psychologie mais plutôt d’un trouble qui prend ses racines dans l’enfance ou un choc émotionnel. Les classifications internationales de référence utilisent le terme de « trouble de la personnalité dépendante ». Il est définit comme un « besoin général et excessif d’être pris en charge qui conduit à un comportement soumis et à une peur de la séparation ». La dépendance peut alors concerner les domaines sentimentaux, professionnels, familiaux, amicaux…

La dépendance affective va spécifiquement s’exprimer dans le lien amoureux. La personne va être gouvernée par son angoisse d’abandon et sa grande peur de la solitude. Elle va être dans l’incapacité de vivre pour et par elle-même et va donc avoir besoin de l’autre pour exister. Elle va rechercher son approbation et à se réassurer auprès de lui. Quand on évoque la dépendance affective, on fait fréquemment le lien avec la théorie de l’attachement de Bowlby et notamment le style préoccupé (inquiétude vis-à-vis de l’attachement à autrui, doutes quant aux sentiments de l’autre, recherche constante de proximité, jalousie, possessivité…).

Ce schéma, certes un peu simpliste, illustre bien l’appui sur l’autre pour fonctionner et la quasi absence d’univers personnel. Ces deux dimensions sont interdépendantes. « Je n’ai pas de monde à moi, j’ai donc terriblement besoin de toi pour exister car tu représentes tout mon univers » mais aussi « je suis tellement dépendant de toi, que je ne peux investir d’autres domaines ».

Plusieurs causes sont avancées pour expliquer ce trouble :

  • Le manque affectif précoce résultant d’une froideur, d’une absence ou d’une inconstance parentale
  • L’angoisse d’abandon
  • Les situations de violence durant l’enfance
  • L’insécurité affective causée par une perte antérieure ayant tant marqué la personne qu’elle redoute de la vivre à nouveau
  • Un choc émotionnel ou traumatisme
  • Le manque de confiance en soi et la sensation de ne pas être digne d’être aimé
  • La peur de la solitude

Ces facteurs vont être à l’origine de failles narcissiques. Elles vont perturber le processus de constitution de l’identité, d’où l’appui sur celle d’autrui. Un certain nombre de signes peuvent être révélateurs d’une dépendance affective. Leur nombre et l’intensité avec laquelle ils s’expriment sont significatifs :

  • La peur d’être quitté, abandonné, rejeté
  • La sur-réaction aux signes d’éloignement du partenaire même si ceux-ci sont anodins
  • La recherche constante de proximité, la difficulté à laisser l’autre avoir son propre univers
  • La difficulté à prendre des décisions / la consultation du partenaire pour faire un choix
  • Le sentiment d’insatisfaction permanent
  • Le mal être, l’anxiété voire la dépression
  • La difficulté à être seul et autonome
  • Les comportements compulsifs compensatoires
  • Le manque de confiance en soi
  • La tendance à s’effacer, à se taire, à ne pas exprimer son désaccord
  • La création de conflit pour tester la solidité du lien, le chantage affectif, la jalousie
  • La pensée à court terme et l’impulsivité
  • Le fait de faire trop souvent les choses pour faire plaisir, pour plaire à l’autre
  • L’isolement social (évolution dans un petit cercle)
  • Le report de ses responsabilités sur autrui et l’absence de prise d’initiatives
  • L’absence de centres d’intérêt, de passion, de projets à soi (ou l’absence de concrétisation de ceux-ci)

Ce fonctionnement fait malheureusement parfois le lit de situations de violence. L’angoisse d’abandon peut pousser la personne à accepter l’intolérable, à se soumettre à l’autre car la perspective de la perte est plus terrifiante à court terme que la violence subie. Cependant, il existe de nombreuses situations conjugales dans lesquelles le partenaire n’est pas malveillant et subit plutôt la dépendance affective de l’autre. Il se voit reprocher injustement sa conduite et doit perpétuellement se justifier, rassurer, contenir les états émotionnels de l’autre.

Cependant, on peut progresser et sortir de l’état de dépendance affective. Il s’agit tout d’abord de prendre conscience de ce trouble aussi objectivement que possible, d’expérimenter progressivement la solitude, le temps pour soi mais aussi de développer son univers personnel. Le but sous-jacent étant d’améliorer la confiance en soi et de renforcer l’identité afin de casser la croyance selon laquelle la personne n’est pas « aimable ».

Le travail thérapeutique consiste à briser de la cercle vicieux de la dépendance

 Un travail est également à effectuer du côté du lien à l’autre. L’idée est d’apprendre à faire confiance et à respecter l’intimité personnelle du partenaire. Il s’agit aussi de repérer les comportements injustes ou injustifiés adoptés sous le coup de l’angoisse et de les gérer en interne. Ce travail est complexe et s’inscrit dans le temps car il nécessite de déconstruire des schémas relationnels et comportementaux profondément ancrés.  

Publié par anaiscote

Passionnée de psychologie et installée en cabinet libéral depuis 2013 à Chalon-sur-Saône ainsi qu'à Bourg-en-Bresse, je souhaite partager mon grand intérêt pour ce domaine et faire connaître mon activité en proposant des articles courts et accessibles à tous. COTE Anaïs 3 rue des Lancharres 71100 CHALON-SUR-SAONE 1 Boulevard Paul Bert 01000 BOURG-EN-BRESSE 07-81-62-05-05

5 commentaires sur « La dépendance affective »

  1. Bonjour, le sujet est très intéressant, bravo! J’ai juste une question : est-ce que ce trouble peut ressortir plus fortement chez la personne qui en souffre en fonction de la personne qu’elle côtoie ? Autrement dit, est-ce que certains traits de caractère ou comportements chez l’autre, pourrait « aggraver  » ce trouble?
    Merci

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :