L’anxiété

Ressentir de l’anxiété est un phénomène normal lorsqu’il est transitoire et ponctuel. C’est une fonction adaptative qui nous permet de nous mobiliser afin de faire face à un évènement stressant. L’anxiété est dans ce cas là relativement tolérable et contrôlable. Il ne s’agit pas d’une maladie mais d’une émotion.

Cependant, lorsque l’anxiété est présente de manière intense et fréquente, on parle de « trouble anxieux ». Il s’agit alors d’une pathologie. On la définit généralement comme une « peur sans objet ». En effet, la personne va régulièrement ressentir de l’inquiétude car elle redoute un péril imminent, bien que cette insécurité soit irrationnelle. Il s’agit d’une anticipation négative des évènements générant une tension interne importante et quasi permanente que l’on nomme « hypervigilance ». La personne a peu ou pas de contrôle sur son anxiété. Elle imagine sans cesse des scenarii catastrophes pour elle et pour ses proches et vit une attente anxieuse qui impacte ses ressources psychiques, son énergie et à la longue, sa santé.

Aux symptômes psychiques cités ci-dessus s’ajoutent des signes physiologiques (palpitations, troubles intestinaux, vertiges…), des signes comportementaux (agitation, nervosité, compulsions…) et des signes cognitifs (manque d’attention, oublis…). Les troubles anxieux sont présents dans de nombreuses pathologies psychiques. On les retrouve par exemple dans les états dépressifs, les addictions, les troubles du comportement alimentaire, la plupart des psychoses…

L’anxiété trouve son origine dans différents facteurs qui se cumulent parfois : enfance insécurisante, traumatismes, épuisement physique ou psychiques, incertitude, changements de vie, pertes, dérèglement hormonaux… Enfin, certaines recherches tendent à prouver qu’il existerait des facteurs génétiques pouvant expliquer l’existence d’un tel trouble (déséquilibre des neurotransmetteurs).

Le trouble anxieux peut prendre différentes formes :

  • Le trouble anxieux généralisé : il se caractérise par une anxiété diffuse quasi permanente ainsi que des symptômes anxieux (voir ci-dessus).
  • Le trouble panique : il se définit par la répétition de crises d’angoisse (ou crises de panique). Elles présentent un caractère aigu, intense ainsi qu’ une fréquente composante physique (tremblements, palpitations, sensation d’étouffement, étourdissements…)
  • L’agoraphobie : il s’agit d’une peur des lieux où il est difficile de s’échapper (foule, transports en commun…)
  • Les phobies simples : c’est la peur d’un objet ou d’une situation spécifique disproportionnée par rapport au danger réel (ex : peur des araignées, de prendre l’avion, du sang…)
  • La phobie sociale : la peur porte ici sur les situations sociales et/ou celles où la personne doit livrer une « performance » (ex : parler en public). Elle craint d’être évaluée et mal jugée.
  • Le trouble obsessionnel compulsif : conduites répétitives, irrépressibles et irraisonnées à valeur conjuratoire en réponses à des obsessions telles que la peur de la mort. 
  • L’état de stress post traumatique : trouble psychique consécutif à un évènement traumatique où l’intégrité physique a été menacée. Il entraîne des reviviscences et des difficultés émotionnelles invalidantes.

Selon sa gravité et son impact sur la vie de la personne qui en souffre, l’anxiété sera traitée de manière médicamenteuse (prise d’anxiolytiques et antidépresseurs) mais aussi grâce à la psychothérapie. Les Thérapies Cogitivo-Comportementales ont fait leurs preuves dans ce domaine. Elles reposent sur l’identification et la modification des pensées négatives automatiques. La thérapie analytique, plus longue, permet d’effectuer un travail en profondeur afin de comprendre et de traiter les causes de cette anxiété intense. Enfin, un travail de fond préventif et curatif basé sur la méditation, la relaxation ou encore l’activité physique peut être effectué. La qualité de l’hygiène de vie est un facteur essentiel dans la lutte contre ce trouble.

L’anxiété, lorsqu’elle est mesurée et ponctuelle, est une émotion normale et utile car elle attire notre attention sur un évènement stressant. Ainsi, nous pouvons prendre toutes les précautions nécessaires pour faire face à celui-ci. Cependant, elle devient pathologique lorsqu’elle est intense et durable. Cette persistance de l’inquiétude et cette sensation de menace diffuse est alors qualifiée de trouble anxieux. Très invalidant, il est nécessaire de le prendre en charge avant que les répercussions qu’ils occasionnent ne soient trop importantes.

Publié par anaiscote

Passionnée de psychologie et installée en cabinet libéral depuis 2013 à Chalon-sur-Saône ainsi qu'à Bourg-en-Bresse, je souhaite partager mon grand intérêt pour ce domaine et faire connaître mon activité en proposant des articles courts et accessibles à tous. COTE Anaïs 3 rue des Lancharres 71100 CHALON-SUR-SAONE 1 Boulevard Paul Bert 01000 BOURG-EN-BRESSE 07-81-62-05-05

Un avis sur « L’anxiété »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :